L’autoportrait au service du Je

Les raisons pour lesquelles les artistes ont réalisé des autoportraits sont diverses et très liées au contexte sociétal dans lequel iels ont évolué. On a tous en tête une oeuvre picturale d’un autoportrait, sans pour autant connaître le contexte dans lequel iels l’ont réalisé. On peut ainsi se demander quelles sont les valeurs de l’autoportrait et de quelles façons il peut être un outil d’acceptation, de conscience de soi, et mise en lumière d’une cause. 

Faire du je, un objet esthétique

L’autoportrait consiste à se représenter : se prendre en photo, se peindre, se décrire, se dessiner… Il s’agit de faire de soi un objet esthétique et artistique et donc, par ce biais, trouver la façon la plus appropriée, la plus juste, de se représenter; et ce, avec l’ouverture créative de montrer sa propre vérité. Voici quelques exemples pour appuyer ce propos : 

  • Frida Kahlo utilise l’autoportrait de différentes façons dans son oeuvre : elle représente des éléments de sa culture, ou encore des éléments de son corps et de son histoire de vie. 
  • D’autres artistes comme Van Gogh se représentent avec un éléments symbolique de leur art; peut-être ont-ils le souhait de montrer leur authenticité à travers l’aspect créatif.
  • Gustave Courbet, lui, a choisi de montrer sa jeunesse et d’afficher un sentiment fort comme le désespoir…

Ce sont des artistes connus, et c’était volontaire. Cependant, il est intéressant de se focaliser sur chaque artiste, sur sa démarche, et tout ce qui gravite autour de son autoportrait. Et justement, dans ce qui gravite autour, il y a le contexte sociétal et politique.

Faire du je un objet politique

Dans l’histoire de l’art, qui opte pour un regard très masculin sous couvert du patriarcat, il y a des figures féminines qui poussent les considérations esthétiques et questionnent la place qu’elles ont dans la société; leur rôle est fondamental puisqu’elles influencent de nombreuses femmes de leur époque, tout en affirmant leur art et leur position, mais elles servent également de modèles pour les générations futures. 

Je pense à Vivian Maier, photographe autodidacte et à ses autoportraits; ceux-ci, en plus d’être techniques et complexes, la posent en témoin historique du vingtième siècle, en Amérique, dans une société où l’accès des femmes à l’art est extrêmement complexe (voire méprisé, voire interdit).

Faire du je, un objet de conscience de soi

Grâce à l’autoportrait, on peut donc poser sur soi un oeil artistique, politique, mais aussi un regard permettant d’évoluer dans un aspect identitaire et personnel. En percevant son corps comme extérieur, en représentant ses formes, ses textures, cela permet de prendre de la distance par rapport à son propre corps, mais également d’entrer dans d’autres strates de son intimité. 

Cela permet ainsi de changer l’angle de perception, ou en tous cas de le diversifier et ainsi, pourquoi pas, petit à petit, changer son regard sur soi. On apprend à se connaître, à se (dé)couvrir mais aussi à se confronter à son propre regard, tout en se donnant un rendez-vous à nous-même. 

En conclusion, les propriétés de l’autoportrait sont variées et toutes passionnantes. Tant pour les questions de développement personnel que pour les questions d’esthétique et de cause politique; s’y essayer c’est en quelque sorte, donner une dimension complète à son art. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :